À Alger


 Poème de Salah Al Hamdani et dit par lui même

Poème traduit de l'arabe par l'auteur en collaboration avec Isabelle Lagny 

Poème tiré du recueil Le balayeur du désert

Éditions Bruno Doucey 2010

À Alger

 

Comme le jour naissait
le croissant de lune se tenait debout derrière les rideaux
la balançoire grinçait dans la solitude du vide
et le croyant ployé râlait dans le couloir
en s’adressant à la pauvreté de la pierre

*

Les herbes sèches ne fleurissent plus
et la mer que j’aperçois au loin ne me dit rien

*

Dans la lumière prisonnière d’une fiole verte
au seuil de la chambre
tu viens à moi
avec dans ton âme le rêve des steppes
frémissement du sable lavé par les vagues
où même la salinité du soleil
est léchée par une langue,
soif d’une rencontre éphémère
dans les hauteurs du matin

*

Le palmier témoigne
l’humanité est ainsi :
chacun court vers sa fin
avec le moins de risque

Alors que la mort reconnaît les lâches comme un gibier
je reste vivant
et je dénonce l’illusion de l’existence

                                                    Salah Al Hamdani

À Alger, Salah Al Hamdani lu par l'auteur https://www.franceinter.fr/emissions/d-ici-d-ailleurs/d-ici-d-ailleurs-27-mai-2016

Le destin ressemble à ces nuits entières

oubliées dans l’encrier... Salah Al Hamdani

ــ موقع الشاعر صلاح الحمداني ــ