Introduction par Isabelle Lagny

pour J'ai vu

Editions l’Harmattan, Paris, 2001

 

   

 

 

 

 

 

     J’ai vu a paru pour la première fois en arabe en version intégrale[1] en 1997 aux éditions Maouâkf à Alep (Syrie). La forme du recueil, fait d’un seul long poème martelant les visions-souvenirs de l’auteur, se caractérise en arabe par la répétition de « J’ai vu » à chaque nouvelle image. Cette accumulation sans répit d’images-pièces à conviction (selon un critique arabe[2]), qui constitue le combat de l’exilé désarmé qui dénonce la tyrannie et la guerre en Irak par le verbe, laisse une impression forte sur le lecteur. Nul doute que le texte frappe celui qui a été témoin lui aussi et trouve à son souvenir une nouvelle puissance à travers la relecture poétique de la réalité.

 

    L’adaptation d’un tel texte en français n’était pas simple compte tenu de l’intolérance de la répétition dans la langue française et l’exigence d’une organisation des idées en bute au foisonnement de la langue et au recours privilégié à l’arabesque littéraire dans le texte d’origine.

Il a ainsi été nécessaire de supprimer nombre de « J’ai vu », réduisant leur fréquence à un par page, permettant de garder le rythme sans rompre l’harmonie de l’ensemble. Par ailleurs, après une première traduction par l’auteur, le texte dans sa totalité - à quelques exceptions près - a été complètement remixé comme si l’on battait un jeu de cartes. Il s’agissait de recomposer le fil conducteur si précieux au lecteur français, afin de sauver le sens de la démarche de l’auteur qui aurait pu sembler opaque autrement.

 

 C’est tout ce travail que nous avons accompli avec la participation active de l’auteur, dans l’unique but de préserver, dans la traduction française, le projet et la poésie. C’est sans aucun doute un autre J’ai vu que voici, mais un recueil que l’auteur ne renie pas.

 

 

[1] Fragments de ce texte parus précédemment :

*en arabe

S. Al Hamdani, « Murailles de l’exil », in Al-Thakâfa Al-Jadida (La Nouvelle Culture) n° 220, avril 1990, n°240, décembre 1991, mensuel du parti communiste irakien, Damas/Syrie.

S. Al Hamdani, « Murailles de l’exil », in El massaar (L’Itinéraire) hebdomadaire culturel, février 1998, Rabat (Maroc)

*en français

S. Al Hamdani, « Murailles de l’exil », in Révolution n°596, Paris 2-8 août 1991, pp. 46-49.

S. Al Hamdani, « Murailles de l’exil », Mémoire de braise, recueil de poèmes, Editions l’Harmattan, Paris, 1993.

 

[2] Ahmed Machoul, J’ai vu de Salah Al Hamdani, La Dimension subjective et sociologique du texte, Al Warkaa, n° 14, décembre 1998 (en langue arabe)

              J'ai vu, en français                                         J'ai vu, en arabe

Isabelle Lagny

Le destin ressemble à ces nuits entières

oubliées dans l’encrier... Salah Al Hamdani

ــ موقع الشاعر صلاح الحمداني ــ