Tout passe 

 

Dans ce fleuve, là-bas,

de cette eau âcre de souvenirs

où les nuits de mon enfance

plongent l’une après l’autre

pour finir dans la clarté des saisons,

 

il ne me reste que l’argile rouge

et sa lune

accostée au cimetière des jours.

Dans cette ruelle, là-bas,

un Dieu,

une voûte, une prière ?

 

Et pour la mère qui gémit dans un miroir,

où est le miroir ?

 

Au bout de ces quelques ficelles accrochées au soleil

restait-il encore des toits qui embrassaient le ciel ?

 

Et dans ce bateau au milieu des champs

parfumés d’épices

où sont les petits corps

qui couraient après les rides

comme des astres

perdus dans le néant d’un mirage ?

 

Mon destin a connu toutes les guerres des hommes

le réveil du berger

et le poisson qui se débat sur la page de sable.

 

Vois-tu

Sur la terrasse de la nuit,

je suis le seul vaincu.

 

Tout passe ami,

lune argentée

et le mouchoir étoilé de nos sanglots.

 

Tout passe,

les enfants sans tendresse

les quais délaissés, les vendeurs de journaux

et même les soldats qui ont trahi.

 

Il n’y a dans le souffle des survivants,

que des pleurs.

 

Dans le langage de ma rivière,

personne pour m’attendre

ou bien quelques fleurs noires

et un avenir déjà en deuil.

 

Pourtant vois-tu

ce qui m’appartient à présent,

ce qui anime mes jours,

c’est le ressac de tes questions.

 

 

Acte

 

J’ai cessé de mourir pour les jours passés

et le temps mort sur le papier.

 

J’ai dressé mes mains à effacer le miroir

la lampe derrière les rideaux

et l’hiver qui se balade sur le toit

avec ton image.

Où est le vent ?

 

Très tard, encore une fois,

je veux griffer une autre lumière

long déluge de matins

où mes nuits ne dansent plus que pour toi.

Vanga

 

Nimanisi mu fwila bilumbu bia yoka

na ntangu ya fwa mu mikanda.

 

Moko mani njyukusu mo mu kusuna kitadi

mwinda ko manima ma nlele mia baka

na kisiwu kita kwe yakambe ko nludi

na didi tiaku.

Ambo tembo nikwe tie ?

 

Nkati ndandila kwa, diaka,

nga na kwaza ntsamina wakaka

mo nlanda mvula mapadi

mo nga mpimpa zani zatinina kwa ni nge.

 

 

Deux poèmes de Salah Al Hamdani, extraits de Ce qu’il reste de lumière 

Editions l’Harmattan, 1999, Paris.

 

Traduits en kikongo par Léopold Congo Mbemba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________________

Biabio biluta 

 

Muna nzadi yina, ekune,

mamba mana na lundundudi lwa ntona

mu diama mpimpa za buleke

mosi mosi

mbo zisukina ntsamina zindunga,

 

bisidi nani ni tibuma tia mbwaki

na ngonda

yichingamane mu mpiema bilumbu.

 

Muna finzila fina, ekune,

e nzambi ye

o nludi we, o lusambulu ?

 

Mbo mu bungu dia ngudi yi ta kema muna talatala

ambo talatala kwe tie ?

 

Kuna nsuka n’sinsinga mia zembalala mu ntangu

kani nludi kwa wa sala, wedi bumba zulu ?

 

Ambo masuwa mana mukati dia maya

medi nuka manchina

mwedi bala bia nitu

biedi kumbalala gha manima ma mufti

modia mbwetete

za zimbala mu mbungulu a yingu ?

 

Nzilazingu tiani, n’zingu miamianso mia bantu mia yizebi

mvumbukulua m’vungi

mbo mbizi a mamba yipupa Ghana nganda wa djelo.

 

Mwini,

Gha banzala tsia mpimpa

ni me kaka dia wusu, ndje wa tuiwu.

 

Biabio bina luta, n’kudi,

ngonda ntsetso,

mbo taba dia mbwetete za bidilu bieto.

 

Biabio bina luta,

bala bakondolo luyengozo,

nlambu mia nto mia bughogho, biteki bia mikanda

na binguku bia tchituka.

 

Mu wumunu kia bo bavukidi,

ni bidilu kwa.

 

Mu ndinga ya nto ani,

kani muntu wunkela

kabwako bifulu biandombe

ka ntwala wutimonekese mu mpidi

 

Ka mwini

bia mvwidi meno bwawubu

bitadiatisa bilumbu biani

ni n’niku kwa njuvulu zaku.

Léopold Congo-Mbemba (né le à Brazzaville, mort à 53 ans le à Paris) est un poète congolais. Léopold Congo Mbemba s’inscrit dans la lignée de poètes comme Léon-Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor et surtout Aimé Césaire pour son engagement. Il laisse en seulement cinq livres une poésie dense, puissante et exigeante.

Léopold Congo-Mbemba

Le destin ressemble à ces nuits entières

oubliées dans l’encrier... Salah Al Hamdani

ــ موقع الشاعر صلاح الحمداني ــ